Header Banner
Header Banner
La joie de l'authenticité
For You01 November 2021

La joie de l'authenticité

By Pip Dunjay@philippadunjay
Partager:

Alors qu'autrefois, nous recherchions à nous identifier aux personnalités que nous suivions en ligne, TikTok montre qu'aujourd'hui, les personnes les plus appréciées au monde sont définies différemment : elles se présentent comme les versions les plus authentiques, joyeuses et complètes d'elles-mêmes.

Comment exactement s'accrocher à la joie ? C'est une question que vous pourriez vous poser en regardant OnlineKyne (@onlinekyne) vous éduquer avec un TikTok bref mais
éclairant sur ce qu'on appelle un ruban de Möbius. Vêtue d'une robe en satin violet, avec une dentelle brune brillante sur le devant et des boucles d'oreilles en diamant qui lui arrivent à la nuque, la mathématicienne et drag queen s'efforce de combler les lacunes importantes de nos connaissances. On peut dire que ce n'est pas une classe d'algèbre de lycée.

Vous pourriez être conquis par le charme et le sens de la comédie de Kyne Santos, même si vous ne savez pas vraiment pourquoi. Santos a d'ailleurs plus d'un million d'abonnés sur TikTok. Il y a donc manifestement un marché pour s'enthousiasmer pour cette source de joie très spécifique. Ce n'est pas un mince exploit, il faut l'admettre, étant donné que la majeure partie de sa page est consacrée à des discussions sur les tétraèdres et les trapèzes, mais tel est le pouvoir du charisme, sans compter l'enthousiasme de Santos pour
les mathématiques elles-mêmes.

Vous pouvez continuer à défiler et trouver le dénominateur commun de votre joie en vous délectant à regarder des gens comme Khaby (@khaby.lame), l'un des utilisateurs
TikTok les plus connus de la planète et, avec plus de 110 millions d'abonnés, le plus grand d'Europe, qui envoie à la caméra son haussement d'épaules et son regard perplexe caractéristiques sur les ondes. Khaby, pour ceux qui ne connaissent pas, poste des vidéos de réaction à des « life hacks » de plus en plus compliqués et absurdes. Né au Sénégal et élevé en Italie, ses routines de mime d'une belle simplicité demandent un répit à la
contagion des blogueurs au style de vie « parfait » via une cure de bon sens, le tout sans dire un mot (bien qu'il ait rompu son silence pour nous offrir une interview exclusive dans ce numéro de TikTok For You).

Les messages de Khaby comprennent des gestes tels que l'offre d'un couteau à la Reine Elizabeth alors qu'elle s'efforce de couper un gâteau avec l'épée d'un Grenadier de la Garde, ou la suggestion d'utiliser un éplucheur au lieu de vos dents pour éplucher un concombre (c'est mieux qu'il n'y paraît). Les téléspectateurs pourraient arriver à la conclusion qu'il n'y a pas de lien direct entre Khaby et Kyne – les deux donnent simplement
l'impression que nous sommes tous dans le coup, quelle que soit la blague.

Vous continuez à faire défiler. En l'espace de quatre minutes, vous pouvez voir la para-athlète Milly Pickles (@millypickles1) partager sa nouvelle lame de course avant
les courses sur piste ; ou Jing (@_itsjing), une « fille chinoise vivant à Los Angeles », faire des blagues sur les normes de beauté entre l'Amérique et l'Asie ; ou bien Hyram (@skincarebyhyram), le roi de la peau, qui affirme que CeraVe est le remède à tous les maux de l'humanité ; ou encore Kevin Wilson (@crossculturechristian), le « PDG du
chai », qui passe en revue les différents mélanges d'épices en sirotant une gorgée, en soupirant et en souriant. L'une ou l'autre de ces offres pourrait vous faire sourire.

Kyne et cette communauté de créateurs sont ce que les paniqueurs professionnels pourraient déplorer en tant que membres d'une génération qui raccourcit notre temps d'attention, alimentant une dépendance aux terrifiants voleurs de temps qui se trouvent dans notre paume. Le fait qu'ils offrent également un répit à l'anxiété de la vie quotidienne semble être une parenthèse, comme si la consommation de joie était un heureux accident,
plutôt que l'objectif principal. Après tout, il n'y a pas d'autre façon de consommer du contenu créé par quelqu'un qui sourit sauvagement autour d'une tasse de thé, ou qui attache du métal à sa jambe et court joyeusement sur une piste, que de savourer ces plaisirs intimes et partagés.

Les créateurs ont toujours cherché à nous dire quelque chose sur qui nous sommes et sur l'époque dans laquelle nous vivons. Si TikTok est le moment, alors son milliard d'utilisateurs dans le monde doit être à la recherche de courtes explosions de joie. C'est un changement bienvenu qui va au-delà de ce qui a défini les médias sociaux pendant un certain temps : le
fait de pouvoir s’identifier. En effet, ce qui attirait l'attention, c’était cet immense groupe de personnes (principalement blanches) qui se ressemblaient les unes aux autres et répondaient à une génération qui cherchait des grands frères et grandes sœurs pour l'aider à se sentir connectée à un monde numérique écrasant. Beaucoup d'entre eux avaient des corps, des idées et même des codes postaux identiques à ceux de leurs audiences. Dans les agences de marketing de tout le pays, le fait de pouvoir s’identifier était brandi comme un ticket d'or, et griffonné sur des Post-It collés sur les murs alors que nous regardions ces adolescents « qui nous ressemblent » donner à une génération ce que nous pensions tous vouloir – des gens comme nous.

Des années plus tard, et parmi d'autres développements, nous avons appris que le monde n'a pas à être un endroit aussi écrasant ; et plus important encore, que la différence est cruciale pour notre survie en tant que chercheurs de joie. À l'heure où le monde brûle à plus d'un titre, il est radicalement positif d'aller au-delà des personnages attachants qui
reflètent notre vision de la vie et de se tourner vers des expériences authentiques, aussi différentes soient-elles des nôtres.

Ce n'est pas seulement l'amélioration de la bande passante, de l'angle de prise de vue, de l'éclairage et de l'accès à l'information qui nous a fait dépasser ce concept. Nous nous identifions toujours aux expériences humaines universelles, bien sûr – c'est ainsi que nous sommes conçus – mais dans un monde connecté à l'échelle mondiale, nous voulons simplement voir des vies réelles se dérouler.

Pour chaque vidéo que vous regardez sur la banalité des files d'attente dans les aéroports britanniques, vous pouvez aussi découvrir des informations fascinantes, comme des filles latinos qui cuisinent des recettes que vous avez du mal à suivre, ou des plongeurs du village olympique qui racontent comment ils ont cassé des lits japonais.

Qu'est-ce qui fonctionne si bien dans ces différentes façons de s'exprimer ? Il se peut qu'ils s'en tiennent aux règles : la vraie joie ne peut être qu'authentique, il n'y a rien de plus authentique que la vraie joie ; elle ne peut pas vraiment être exécutée (et si elle l'est, elle échoue, se sabotant elle-même, de la même manière que les blagues qui doivent être expliquées ne sont plus drôles). Lorsque notre capacité émotionnelle collective est faible, il n'y a pas grand-chose d'autre à demander que des personnes qui ne sont rien d'autre qu'elles-mêmes.

La joie est une protestation, une thérapie et un antidote pour les temps difficiles. Nous nous rendons compte que nous voulons voir des danses chorégraphiées interrompues par des spectateurs heureux, des glissades électriques improvisées lors des manifestations de Black Lives Matter dans le monde entier, et même de la colle Gorilla Glue retirée d'un cuir
chevelu.

Nous avons toujours eu besoin d'espaces pour rire, apprendre et s'excuser lorsque nous nous trompons, d'espaces où l'on nous présente, littéralement, de nouveaux horizons, mais j'ai l'impression que nous en avons plus que jamais besoin. La joie apporte avec elle une magie spéciale et cohérente, et c'est vers cela que nous pouvons espérer nous diriger, en recherchant la joie dans la vie d'autres personnes dans l'espoir que nous puissions en faire l'expérience pour nous aussi. C'est la caractéristique principale de TikTok, et c'est l'une des raisons pour lesquelles nous l'avons utilisée pendant la pandémie.

Nous vivons à un moment où l'on nous demande fréquemment de méditer sur cette question : Qu'est-ce que cela signifie d'être qui vous êtes ? Pour certains, la réponse peut être la peur, via les attaques en ligne, le trolling, en pataugeant dans la soupe toxique des coins les plus empoisonnés de l'internet. En bref, quand on sait ce qui existe, on sait qu'il
faut plaider pour un lieu de répit joyeux. Et, en réponse, les chambres, les rues, les parcs de jeux, les piscines, les salles de classe et les voitures de toute la planète deviennent des lieux de joie, les espaces publics et privés se transforment tandis que les objectifs des caméras 4,2 mm nous filment en train de trébucher en allant vers Megan Thee Stallion.

Dans les rues de tout le pays, des écoliers pratiquent des danses amapiano dans la rue, apprises sur le TikTok sud-africain, des garçons font des wheelies qu'ils partagent avec le hashtag #bikelife. Même les écoliers bénéficient d'un nouveau type de capital cool qui permet d'organiser la hiérarchie sociale à l'aide d'une seule question : Pouvez-vous monter
une vidéo TikTok ? C'est probablement parce que les rires ont été obtenus grâce à l'enseignement à domicile.

Aujourd'hui, vous pouvez passer d'une mise à jour de l'actualité à l'autre sur votre téléphone, lire des articles sur les données de Covid et sur l'effondrement de la politique étrangère, puis revenir à TikTok, vos pouces jouant un jeu de serpent en dents de scie en glissant sur l'écran du téléphone entre les applications. Les choses que vous apprenez pourraient être que pour chaque nouvelle, il y a une Yayayayoung (@yayayayoung) qui crie « Joyeux soin de la peau ! ». À chaque fois que vous soulevez la couette sur votre tête
pour vous glisser plus profondément sous les couvertures, il y a un gars de la piscine (@thep00lguy) qui enlève la boue des carreaux de la piscine avec le genre de satisfaction du job qui vous fait vous demander si vous ne devriez pas faire un saut de carrière. Pendant le confinement, des milliers de personnes ont regardé Elsa Majimbo (@elsa.majimbo) manger joyeusement des chips et déclarer : « C'est une pandémie ! » avec un cri glorieux et un sourire enjôleur, soulagée d'avoir une excuse pour annuler la visite de ses amis (j'ai vu cette vidéo et je l'ai rapidement transmise ; TikTok est un
réseau de joie en circulation).

L'esprit de la joie peut être difficile à décrire, mais il est facile à ressentir. Vous savez quand il atterrit, une secousse euphorique dans votre cage thoracique alors que votre cœur gonfle et que votre corps se transforme en l'équivalent somatique d'un point d'exclamation. L'origine de ces grésillements de joie nous dit quelque chose sur la nature
humaine, sur les autres et sur la façon dont nous restons dans le coin et pourquoi nous en redemandons.

Cela vaut peut-être la peine de revoir OnlineKyne vous parler du ruban de Möbius, de l'entendre décrire une courbe limite qui nous fait voyager pour finir au même endroit, puis revenir. C'est une leçon de réflexion sur la manière de conserver la joie, dont la seule conclusion est peut-être que nous devons continuer à aller dans sa direction.

Pour l'instant, c'est tout ce que chacun d'entre nous peut faire, savourer la dernière chose que nous faisons avant de nous endormir chaque soir, avec un soupçon de trapèzes et de lames dans la tête, en souriant.

Inscrivez-vous à la newsletter TikTok

Secteur
Pays

En validant votre inscription, vous acceptez les termes et conditions afin de recevoir les communications de la part de TikTok.

ttlogo_decoration@1.5x